Interview - Sreyash, futur ingénieur mais aussi artiste

Sreyash, étudiant en 5e année, filière internationale "Electronics"

Sreyash, étudiant en 5e année à ESIEE Paris, est passionné par la microélectronique mais également par la littérature, la peinture et la musique. Son parcours atypique nous a interpellé et il a accepté de répondre à nos questions :

En quelle année êtes-vous et quelle filière avez-vous choisi ?
Je suis actuellement en cinquième année, sur le point de terminer mes études à ESIEE Paris. J’ai suivi la filière Internationale « Electronics » et souhaite m’orienter vers la microélectronique et les nanotechnologies (MEMS).

Quel est votre parcours ?
J'ai terminé mon baccalauréat en génie électrique et électronique à l'Université technologique Vivesvaraya, en Inde. En dehors de mes études universitaires, j'ai obtenu deux diplômes en musique :
- musique classique hindoustanie (musique classique du nord de l'Inde) sous le style Kirana & Gwalior
- Rabindrasangeet (Chansons composées par le lauréat du prix Nobel Rabindranath Tagore)
De plus, j'ai un diplôme en Ikebana (arrangement floral japonais) et en beaux-arts avec spécialisation en portrait.

Pourquoi avoir choisi ESIEE Paris ?
ESIEE Paris propose une thématique de formation complètement adaptée à ce que je recherchais en lien avec le monde de l’entreprise. J’étais également accepté dans des universités à Londres et aux Etats-Unis, mais quelle meilleure ville que Paris au niveau culturel ! Et depuis, je suis tombé amoureux de l'endroit.

Est-ce que vos passions pour la musique, la peinture et la littérature sont compatibles avec vos études d'ingénieur ?
C’est tout à fait compatible pour moi parce que j'ai été élevé dans une atmosphère de créativité à tous les niveaux. Mon père est professeur de physique appliquée et ma mère enseigne les sciences politiques. J'ai vu depuis petit cette coexistence pacifique et harmonieuse de la science et des arts. Je pense qu’ils ont été injustement cloisonnés. Quand je regarde la théorie de la relativité d'Einstein - penser, imaginer quelque chose d'aussi abstrait - ce n'est qu'un processus artistique ! Il y a toujours un dialogue cohérent entre la science et les arts.

Est-ce que vos passions vous aident dans la poursuite de vos études ?
Ces passions dont vous parlez sont pour moi des « petites vacances » qui m'aident à respirer au milieu du quotidien. L’implication dans diverses activités me donne de l’énergie.

Pouvez-vous nous parler de votre stage de fin d'études ?
Je réalise mon stage au laboratoire ESYCOM avec le Dr. Tarik Bourouina, spécialiste des technologies MEMS et le Dr. Elyes Nefzaoui, spécialiste des transferts thermiques radiatifs. Nous travaillons sur un projet de « Silicon Thermal Emitters » qui a récemment suscité l'intérêt car peu de recherches sont consacrées à ce domaine.

Quels sont vos projets pour l'avenir ?
Après l'obtention de mon diplôme d'ingénieur, je souhaite poursuivre mes études doctorales en microélectronique. En dehors de cela, j’ai beaucoup d’autres projets : je travaille actuellement sur mon nouvel album « Simple Songs » pour Apple Music, qui contiendra douze compositions occidentales. J'ai également travaillé en étroite collaboration avec Jean Philippe Rykiel, le célèbre musicien « du monde » pour composer des chansons de Tagore. J'espère avoir une exposition, à la fin du mois de juillet à l'Orangerie, au Luxembourg, et animer une soirée sur « l'Expressionnisme Abstrait d'Après-Guerre ». J'écris actuellement un article pour Granta Magazine ainsi que des poèmes intitulés « Letters to Sun ». Ils seront publiés en septembre prochain et dédiés aux enfants Syriens.

Tous les talents peuvent s’exprimer à ESIEE Paris !

Nous souhaitons à Sreyash une pleine réussite dans tous ses nombreux projets.